Acquisition E-commerce Les startups

Olivier de la startup Bendnote donne son avis sur Adroll

banniere-bendnote
Emma de Gélis
Écrit par Emma de Gélis

13010611_10154208093914756_4196887008811534585_nOlivier Morvan est le co-fondateur de Bendnote, la seule école de musique en ligne où un professeur vous guide.

Depuis plusieurs mois, il utilise AdRoll pour faire du retargeting sur Facebook et sur des sites tiers (comme par exemple Le Monde ou Dailymotion).

Cela lui permet de cibler les visiteurs de son site qui n’ont pas converti avec des publicités pertinentes, selon les pages qu’ils ont visitées (cours de guitare, cours de chant, etc). Voici son retour d’expérience :

Avantages

Pour Olivier, AdRoll est avant tout un super outil de visibilité. D’ailleurs, dès qu’il a commencé à l’utiliser, ses connaissances lui ont fait remarquer qu’ils voyaient Bendnote partout. Mission accomplie donc !

Olivier apprécie aussi le côté très fonctionnel de la plateforme : on peut s’y inscrire en quelques clics et il suffit d’installer un pixel sur son site pour commencer à suivre les conversions. L’outil est très simple à utiliser et on peut le résilier à tout moment. Il a créé rapidement quelques bannières et a commencé très vite la diffusion en choisissant ses canaux et les messages à mettre en avant.

Ayant déjà mené quelques campagnes de publicité Facebook auparavant, Olivier a aussi remarqué que les publicités avec AdRoll étaient mieux diffusées. Il a aussi l’impression que le CPM est moins élevé qu’en passant par Google Adwords.

 

Inconvénients

L’impact est certainement positif, mais Olivier n’arrive pas à le mesurer avec certitude puisqu’on est sur un modèle d’attribution au Last Click : si son prospect clique sur la bannière AdRoll mais revient s’inscrire le lendemain depuis une recherche Google, il ne saura pas retracer l’origine de la conversion.

Et bien sûr, l’outil a un coût. On peut commencer à 20€/semaine, et on paye au CPM (environ 4€ pour 1000 impressions). Pour Olivier, un inconvénient important est le fait qu’AdRoll prélève cet argent avant même la campagne : quand on fixe un budget pour la semaine, AdRoll le prélève avant même de le dépenser ! Pour les petites entreprises, ça peut être un gros inconvénient pour gérer sa trésorerie.

 

Au final, Olivier profite de la flexibilité de l’outil pour l’utiliser quand ça l’arrange : il le met en pause dès que l’entreprise a besoin d’investir son argent ailleurs, et reprend ses campagnes quand il le souhaite.

À propos de l'auteur

Emma de Gélis

Emma de Gélis

Chargée de webmarketing chez Prêt à Pousser, je suis en charge de l'acquisition et du développement des marketplaces.

Recevez nos astuces de croissance pour les startups

x